Campus numérique de médecine d'urgence

Dr Olivia Keita-Perse, Dr Raffaele Cursio, Dr Sylvie Chailloux, Pr Yann-Erick Claessens

mardi 11 décembre 2012, par Urgences Centre Hospitalier Princesse Grace, Principauté de Monaco

1) Généralités et points forts

- L’imagerie n’est utile en urgence que pour les formes compliquées ou les doutes diagnostiques
- Des examens biologiques, seul l’ECBU est impératif, les autres examens sont à discuter selon le contexte
- Le dosage des PSA est inutile car ininterprétable
- Escherichia coli est le germe dominant
- L’émergence d’entérobactéries résistantes aux béta-lactamines (BLSE) doit plus encore inciter à suivre les règles de bonne pratique de prescription des antibiotiques

  • Quelle que soit l’antibiothérapie initiale, il faut adapter le traitement à l’antibiogramme
  • La sévérité de l’infection, initiale ou secondaire, justifie un avis spécialisé

- La ciprofloxacine est à préserver pour des indications spécifiques (spectre couvrant le pyocyanique), elle ne doit pas être proposée en première intention

2) Tri IAO

- niveau 2 pour une prostatite aigue compliquée
- niveau 3 pour une prostatite aigue non compliquée

3) Prise en charge

- Le caractère compliqué ou non d’une prostatite aigue détermine sa prise en charge
- Les formes compliquées sont :

  • Rétention aigue d’urines
  • Obstacle sur l’appareil urinaire
  • Intervention récente sur l’appareil urinaire (hospitalisation, sondage)
  • Immunodépression
  • Diabète sucré
  • Comorbidité décompensée

- Si choc septique, intégrer le traitement symptomatique sur des objectifs (cf. CODU « Etat infectieux grave au SAU »)

Schéma de prise en charge de la prostatite aiguë aux urgences

4) Bilan paraclinique

- La biologie d’urgence

  • indispensable :
    • ECBU
  • utile en cas de complication :
    • hémoculture
    • NFS
    • ionogramme créatinine sanguin
    • lactate artériel (si signe de sepsis sévérité/choc septique)
  • futile :
    • PSA

- L’imagerie d’urgence n’a de place qu’en cas de doute diagnostique :

  • échographie

5) Qui hospitaliser

- En urologie :

  • prostatite aigue avec indication de dérivation des urines
  • prostatite aigue compliquée sans geste invasif
  • traitement oral impossible (vomissements)

- En réanimation :

  • sepsis sévère et choc septique

6) Consignes et mesures hygiéno-diététiques

- Les consignes à expliquer :

  • Favoriser le port de sous-vêtements serrés (ou de suspensoirs)
  • Préconiser une nouvelle consultation en cas d’aggravation des symptômes

- Prévoir une consultation en infectiologie ou en urologie

7) ECBU post-traitement

- L’ECBU de contrôle est indiqué 4 semaines ou plus après la fin du traitement antibiotique

8) Bibliographie

- Recommandations de bonne pratique. Diagnostic et antibiothérapie des infections bactériennes communautaires de l’adulte. AFFSAPS, juin 2008
- Progrès en urologie. Recommandations du comité d’infectiologie de l’AFU. Diagnostic, traitement et suivi des infections communautaires bactériennes de l’appareil urinaire de l’homme et de la femme adultes (cystites aigues, pyélonéphrites aigues) et de l’appareil génital de l’homme (prostatites aigues). AFU, vol. 18 – mars 2008 – suppl. 1.

Pour en savoir plus...

Hospitalier : Specialites / Uro - Néphrologie
Tout le site : Specialites / Uro - Néphrologie

Pour en savoir plus...

Tout le site : Specialites / Infectieux

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Identifiants personnels
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document