Administration du MEOPA (Mélange Equimolaire d’Oxygène et de Protoxyde d’Azote) au SAU

Valérie Guyerdet et Maria carlos (IDE), Francoise Moulinet (cadre), drs Jean-Christophe Allo et Francois Lecomte (SAU Cochin)

 vendredi 20 avril 2012  |  Novembre 2012  |  1 Commentaires
 SAU Cochin - Hôtel Dieu

Messages importants

- MEOPA = Mélange Equimolaire d’Oxygène et de Protoxyde d’Azote (N2O) = Kalinox©.
Mélange gazeux analgésique entraînant une sédation consciente, avec diminution du seuil de perception des stimuli douloureux
- Pour réussir l’analgésie il est essentiel de bien détendre le patient en l’informant sur le déroulement du soin, de respecter 3 min d’inhalation avant le geste, et de lui administrer un débit suffisant pour maintenir gonflé le ballon d’inhalation
- L’administration nécessite une surveillance continue du patient par un(e) infirmier(e) se consacrant exclusivement à cette tâche, et doit être immédiatement interrompue en cas de perte du contact verbal
- Le MEOPA est inefficace chez 15 à 20 % des patients => après 5 minutes d’inefficacité, recourir à une autre méthode analgésique.
- Ne pas dépasser 60 minutes d’inhalation

Indications au SAU adulte Cochin :

- Analgésie lors de l’aide médicale urgente : traumatologie, brûlés, transport de patients douloureux
- Préparation des actes douloureux de courte durée, notamment dans certains cas : ponctions lombaires, myélogramme, petite chirurgie superficielle, pansements des brûlés, réduction de fractures simples, réductions de certaines luxations périphériques

- Contre indications :

  • Epanchement gazeux (pneumothorax, emphysème, pneumo-médiastin, pneumopéritoine, embolie gazeuse, accident de plongée)
  • Distension gazeuse abdominale, occlusion digestive
  • Tout traumatisme crânien ou de la face, avec ou sans perte de connaissance
  • Altération de la conscience
  • Hypertension intracrânienne
  • Hémodynamique instable
  • Patients nécessitant une ventilation en oxygène pur

- A noter : la grossesse n’est pas une contre indication

Précautions d’emploi :

- Avant mise en service, les bouteilles pleines doivent être stockées en position horizontale durant 48 heures au moins
- La bouteille en cours d’utilisation doit être maintenue enchaînée en position verticale.
- Les bouteilles vides doivent être maintenues en position verticale

1. En box :

Avant administration du MEOPA
Rôle des IDERôle de l’interne/sénior
Préparation :
- Faire prescrire le MEOPA par le médecin du SAU et récupérer la fiche de surveillance.
- S’enquérir d’un traitement sédatif préalable (risque de potentialisation des effets indésirables).
- 1. Installer le patient confortablement et dans le calme, en position allongée pour éviter toute chute.
- 2. Expliquer au patient l’application du masque sans contrainte, et qu’il peut interrompre l’inhalation quand il le souhaite, et les effets prévisibles (cf ci-dessous)
- 3. Préparation du matériel à usage unique (masque et tubulure)
- 4. S’assurer de la diponibilité de matériel d’oxygénation (ballon auto-remplisseur à valve unidirectionnelle, oxygène, matériel d’aspiration).
- 5. Ouvrir progressivement le robinet de la bouteille afin d’éviter le dé-mélange, et vérifier son contenu sur le manomètre (> 30 bars)
Prescriptions :
- S’enquérir d’une contre-indication (voir ci-dessus).
- Prescrire le MEOPA dans URQUAL, et éditer la fiche de surveillance.
- Si le malade reçoit des morphiniques ou des benzodiazépines, les risques de somnolence, de désaturation, de vomissements et de chute tensionnelle sont accrus
Administration du MEOPA
Rôle des IDERôle de l’interne/sénior
Préparation :
- Entrouvrir la fenêtre du box
- Hors du box 10 attacher la bouteille avant utilisation
- Ouvrir le débitmètre, suffisamment pour maintenir le ballon gonflé (environ 9 à 12 l/min)
- Regarder sa montre (ou l’horloge) pour noter la durée d’administration
- Au début de l’administration du MEOPA demander au patient de respirer profondément 3 fois
- Attendre 3 minutes d’administration avant tout geste douloureux : paroles rassurantes et relaxantes pour le patient, en attendant l’accord de la personne
- Maintenir sans interruption le masque bien appliqué sur la face pour éviter les fuites
- Pendant le geste : maintenir un contact rassurant. En cas de perte du contact verbal, le masque sera retiré jusqu’à la reprise du contact
Prescription :
- Attendre 3 minutes d’administration avant de commencer la réduction en favorisant l’autoadministration et en proférant des paroles rassurantes et relaxantes pour le patient
- La surveillance est clinique : le patient doit respirer normalement et répondre aux ordres simples ; en cas de perte du contact verbal, le masque est retiré jusqu’à la reprise du contact
En cas d’effet indésirable ou d’échec
Effets secondaires :

n’imposant pas l’arrêt de l’administration :
- Sensations bizarres (chaleur, lourdeur, sueurs, rêves, perte de la notion de temps, perception éloignée des sons, picotements, agitation, nervosité, cauchemars, dysphorie, dysphasie, ébriété) ;
- Somnolence (risque de chute).

imposant l’arrêt de l’administration :
- Nausées, vomissements (risque d’inhalation), absence d’ouverture des yeux à la demande, perte de connaissance
Après utilisation
Rôle des IDERôle de l’interne/sénior
Préparation :
- 1. Laisser le malade en décubitus pendant 5 mn
- 2. Noter la durée d’administration
- 3. Fermer le robinet de la bouteille,
et laisser chuter la pression avant de fermer le débitmètre (purger).
- 4. Jeter masque à usage unique
- 5. Remettre en place le matériel, et s’assurer de l’approvisionnement du matériel à usage unique
- 6. Remplir la feuille de surveillance à joindre au dossier du patient.
Prescription :
- Discuter la mise en place d’une attelle antalgique
- Contrôles radiographiques après réduction
- Si EN > 2/10 compléter l’analgésie par la prescription d’autres antalgiques

3. Sortie :

- Prescrire et administrer les antalgiques de relais pour le retour au domicile.

4. Bibliographie :

- DeQuad Urgences, douleurs aigües en situations d’urgence : des techniques à la démarche qualité. Ducassé et al. Arnette éd. Paris 2004 pp 77-81.
- Dictionnaire Vidal 2005.

6. Textes réglementaires :

- L’utilisation du MEOPA se fait sur prescription médicale. Après que le médecin aura vérifié qu’il n’y a pas de contre-indication et que l’indication est justifiée, un personnel infirmier formé peut être amené à utiliser le MEOPA si la délégation lui est donnée, ceci dans le cadre de l’application d’un protocole de soin (circulaire DGS/DH/DAS/SQ2/99/84 du 11 février 1999 et décret du 11 février 2002 relatif aux actes professionnels et à l’exercice de la profession d’infirmier, articles 2 et 7).

- AMM : L’administration doit être faite dans des locaux adaptés, par du personnel médical ou paramédical spécifiquement formé et dont les connaissances sont périodiquement réévaluées.

 Vos messages

    Vos commentaires

    modération a priori

    Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

    Qui êtes-vous ?

    Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

    Ajoutez votre commentaire ici

    Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

    Ajouter un document

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

  •  Steven LAGADEC, Le 5 mai 2012 à 19:34

    Bonjour,

    Pourriez m’apporter des precisions sur la contre indication "femme enceinte 1er trimestre" ?

    Un papier issu du Congres Urgences 2011 "Chapitre 23 Médicaments en situation
    d’urgence et grossesse" E. ELEFANT 1, D. BEGHIN 1, C. VAUZELLE 1, MP COURNOT 1(page:226)
    Centre de Référence sur les Agents Tératogènes (CRAT) – Hà´pital Trousseau, 26, av. du Dr Netter, 75571 Paris cedex 12. Tél./Fax : 01 43 41 26 22. E-mail : www.lecrat.org
    Correspondance : elisabeth.elefant@trs.aphp.fr.

    Je cite : Les mélanges équimolaires d’oxygène et de protoxyde d’azote – MEOPA
    (Kalinox®, Entonox®, Oxynox®) peuvent être utilisés en cours de grossesse, à 
    n’importe quel terme. En effet, les données cliniques pour le protoxyde d’azote
    sont suffisamment volumineuses pour qu’un risque soit écarté à ce jour (études
    nombreuses et recul d’utilisation en anesthésie générale chez la femme enceinte)
    et il n’y a aucune arrière-pensée avec l’oxygène (17).

    En vous remerciant par avance.

    Steven lagadec

     répondre
    •  Dr Michel NAHON, Le 18 novembre 2012 à 01:39

      Bonjour,

      voici les réponses apportées par les auteurs

      Merci de votre lecture attentive !
      après vérification la grossesse n’est pas une contre indications en effet.
      Amicalement

      JC Allo
      ci joint la réponse apportée par un médecin du CRAT

      Bonjour,
      Nous avons bien reà§u votre mail à propos de l’utilisation du MEOPA
      (protoxyde d’azote) chez la femme enceinte.

      Le protoxyde d’azote (N2O) est un gaz anesthésique utilisé depuis très
      longtemps en cours de grossesse, soit pour des anesthésies générales soit
      comme antalgique pendant le travail.

      Les données de la littérature concernant les anesthésies générales en cours
      de grossesse comportant du N2O sont très nombreuses et aucun effet
      tératogène ni foetotoxique n’est retenu.

      Au vu de ces données, l’utilisation du N2O est possible quel que soit le
      terme de la grossesse.

      Ces données ont été prise en compte dans le Vidal® qui autorise son
      utilisation en cours de grossesse.

      Bien cordialement

      Delphine BEGHIN
      Centre de Référence sur les Agents Tératogènes (CRAT)
      Hà´pitaux Universitaires Paris Est (AP-HP)
      Hà´pital Armand Trousseau
      26, Av du Dr Arnold Netter
      75571 Paris Cedex 12

       répondre