Détresse respiratoire aigue et pandémie COVID-19 : Intubation du SDRA avant l’admission en réanimation

publie le mardi 17 mars 2020 | redige par Dr Romain Jouffroy | dernière mise à jour il y a 3 jours

I- Messages importants

  • 1. Tout patient en détresse respiratoire aiguë nécessitant le recours à la ventilation mécanique invasive est à considérer comme porteur jusqu’à preuve biologique du contraire.
  • 2. Dans la mesure où l’intubation trachéale peut être différée à l’admission en réanimation, ce choix sera préférentiel.
  • 3. Dans l’attente de l’admission en réanimation, la seule possibilité de pré-oxygénation ou d’oxygénation est le masque à haute concentration
  • 4. La protection de tous les intervenants est la règle absolue pour éviter la contamination des intervenants par le COVID-19 hautement contagieux notamment par voie aéro- et manu-portée +++.
  • 5. La protection de l’opérateur et de ses aides par le port de charlotte, lunettes de protection, d’un masque FFP2, de gants et d’une blouse type bloc opératoire à usage unique ou à défaut blouse jetable + tablier jetable est obligatoire. L’ensemble du matériel sera autant que possible à usage unique ou à défaut nettoyé et décontaminé au plus tôt.
  • 6. Pour l’intubation, la curarisation est systématique avec la nécessité absolue d’attendre l’efficacité maximale de la Célocurine pour limiter les projections potentiellement contaminées sur les intervenants et le matériel.
  • 7. Le recours à une méthode de laryngoscopie indirecte, dans la mesure de sa disponibilité, doit systématiquement être envisagée pour limiter la contagion des intervenants et du matériel.
  • 8. Les déconnexions du ventilateur et les aspirations trachéales doivent au maximum être évitées -> le cas échéant, l’arrêt préalable de la ventilation mécanique est indispensable +++

II- Principes de l’intubation trachéale lors de la pandémie COVID-19

a. Généralités

1. Le report de l’intubation trachéale à l’admission en réanimation doit systématiquement être envisagée
2. La préparation des drogues d’induction et d’entretien doit être anticipée avant la procédure
3. Le rôle précis de chaque intervenant doit être rappelé avant de démarrer la procédure
4. Une communication interactive avec des mots simples doit être utilisée

b. Procédure

  • 1. La seule possibilité de pré-oxygénation ou d’oxygénation est le masque à haute concentration (débit de 15l/min), toute autre méthode d’oxygénation (lunettes à oxygène, masque simple, VNI, CPAP, Boussignac, Optiflow, etc….) est à éviter pour limiter le risque d’aérosolisation du COVID-19 dans l’environnement immédiat

  • 2. Le recours à la ventilation au masque facial assistée par Ambu© doit être évitée et réalisée uniquement en cas de désaturation (SpO2<90%) en cas d’intubation difficile
  • 3. L’intubation trachéale est l’option à envisager préférentiellement pour le contrôle et la protection des voies aériennes -> le masque laryngé et tous les autres systèmes d’accès aux voies aériennes supérieures sont à éviter autant que possible du fait de l’absence d’étanchéité
  • 4. L’introduction du laryngoscope ou du dispositif de vidéolaryngoscopie indirecte ne doit pas être effectué avant l’obtention de l’apnée et de la curarisation maximale pour éviter toute toux

  • 5. Le contrôle de la pression du ballonnet de la sonde d’intubation trachéale est indispensable pour s’assurer de l’étanchéité des voies aériennes et doit toujours être réalisée avant de démarrer la ventilation mécanique -> pression du ballonnet entre 25 et 30cmH20

PNG

  • 6. Pour l’induction, la sédation associée à la curarisation doit être systématique : Célocurine© à la dose de 1 mg/kg IVD en attendant son efficacité maximale appréciée par l’arrêt des fasciculations ou à défaut 1 minute après l’injection IVD afin de limiter les projections de gouttelettes de salive contaminées.
  • 7. La laryngoscopie indirecte, dans la mesure de sa disponibilité et d’une formation préalable, doit systématiquement être envisagée. A cet égard, seules les méthodes permettant une augmentation de la distance entre le visage du patient et l’opérateur devraient être utilisées
  • 8. L’objectif est de limiter la dissémination du virus par la projection de gouttelettes de salive contaminées

Recommandations 2020 de l’ESICM et de la SCCM :

Surviving Sepsis Campaign : Guidelines on the Management of Critically Ill Adults with Coronavirus Disease 2019 (COVID-19)
Traduction française de © European Society of Intensive Care Medicine and the Society of Critical Care Medicine 2020

III- Références

 Vos messages

    Vos commentaires

    modération a priori

    Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

    Qui êtes-vous ?
    Ajoutez votre commentaire ici

    Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

    Ajouter un document

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom