Hémisuccinate d’hydrocortisone

 jeudi 29 décembre 2016  |  Janvier 2017  |  0 Commentaires
 Anne Sophie Treuil, Catherine Giuge, Dr Michel NAHON, Dr Romain Jouffroy

Description

Hydrocortisone 21-hemisuccinate
C25H34O8

Classe

Hormone glucocorticoïde.

Pharmacodynamie

- Effet glucocorticoïde prédominant.

- Action anti inflammatoire.

- Augmentation du métabolisme glucidique et protidique.

- Antipyrétique, analgésique.

- Anti allergique (action non immédiate).

- Baisse des défenses immunitaires.

Pharmacocinétique

- Demi-vie plasmatique brève : 60minutes.

- Demi-vie d’action : 8heures.

- Métabolisme hépatique.

- Elimination double : selles (1/3) et urine (2/3).

Utilisation

Flacon de 100mg ou 500mg.

à€ reconstituer avec l’ampoule de solvant (5mL d’eau pour préparation injectable).
Dilution possible, de préférence avec du sérum salé à 0,9% (stable 24 heures), ou sérum glucosé à 5% (stable 4 heures).

Administration

- Adulte : 100 à 200 mg intraveineuse directe (IVD) renouvelable une fois.

- État de choc : 10 à 20 mg/kg renouvelable.

- Substitution d’une insuffisance surrénalienne aigüe : dose de charge de 100 mg IVD.

Dosage pédiatrique

Jusqu’à 5 mg/kg renouvelable au besoin.

Indications

- Détresse ventilatoire : asthme aigu grave, œdème laryngé.

- Choc anaphylactique en complément de l’adrénaline.

- Détresses cardio-respiratoires (grippe maligne, œdème aigu pulmonaire toxique).

- Supplémentation de l’insuffisance surrénalienne aigüe absolue ou relative (état de choc septique).

- Réactions allergiques et inflammatoires sévères.

Contre-indications

- Pas de contre-indication si indication urgente.

- Prudence relative en cas de pathologie gastroduodénale ou d’infection évolutive non couverte par une antibiothérapie.

Précautions d’emploi

Aucune en urgence.

Effets indésirables

- Aucun à dose normale en traitement de courte durée.

- Ceux de la corticothérapie générale si utilisation au long cours.

- Surdosage : excitation, agitation, délire, douleurs épigastriques, vomissements, hypertension artérielle.

Associations à surveiller

- Anticoagulants oraux.

- Autres médicaments hypokaliémiants (diurétiques hypokaliémiants seuls ou associés, laxatifs stimulants, amphotéricine B IV, tétracosactide).

- Anticonvulsivants inducteurs enzymatiques (carbamazépine, fosphénytoïne, phénobarbital, phénytoïne, primidone).

- Digitaliques (l’hypokaliémie induite par les corticoïdes favorise les effets toxiques des digitaliques).

- Insuline, metformine, sulfamides hypoglycémiants (augmentation de la glycémie avec risque d’acidocétose).

- Médicaments majorant le risque de torsades de pointe (quinidine, hydroquinidine, disopyramide, amiodarone, sotalol, chlorpromazine, lévomépromazine, cyamémazine, sulpiride, amisulpride, tiapride, pimozide, halopéridol, dropéridol, cisapride, érythromycine IV, halofantrine, luméfantrine, méthadone, mizolastine, moxifloxacine, pentamidine, spiramycine IV, vincamine IV).

 Vos messages

    Vos commentaires

    modération a priori

    Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

    Qui êtes-vous ?

    Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

    Ajoutez votre commentaire ici

    Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

    Ajouter un document

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom