Hypothermie accidentelle

 jeudi 7 décembre 2006  |  Décembre 2006  |  1 Commentaires
 Dr Guillaume Der Sahakian , Dr Jean-Christophe ALLO, Pr Yann-Erick CLAESSENS

MESSAGES IMPORTANTS

- L’ hypothermie accidentelle est définie comme une baisse de la température centrale au dessous de 35°C.
- on distingue l’hypothermie légère (>32°C), modérée (28 à 32°C), sévère (< 28°C).
- le risque vital majeur de l’hypothermie est la survenue d’une fibrillation ventriculaire. En dessous de 28°C le CEE est classiquement inefficace mais le MCE doit être prolongé
- il ne faut pas méconnaître une intoxication médicamenteuse ou alcoolique et/ou une lésion traumatique associée
- la douche quand elle est nécessaire ne doit être réalisée qu’une fois le malade réchauffé
- la thermorégulation a lieu dans l’hypothalamus

1 - APPEL TELEPHONIQUE OU COURRIER ELECTRONIQUE :

- Réponse par le sénior.
- Conseiller d’appeler le 15
- Orientation vers le SAU le plus proche pour confirmation diagnostique et prise en charge thérapeutique

2 - TRI I.A.O.

Prise de la température à l’aide du thermomètre auriculaire électronique.
Ne pas oublier le dextro.

- Niveau 1 : T <32°C
- Niveau 2 : T >32°C avec attente couchée et couverture, reprendre une température 20 minutes après mise en place de la couverture

3 - BOX DE CONSULTATION

- Niveau 1 : prise en charge en salle de déchocage
- Niveau 2 : prise en charge en box



Patient Niveau 1 au déchocage

- Mise en condition du patient : déshabillage, pas de mobilisation brusque, mesure de la température centrale à l’aide du thermomètre d’hypothermie, scoper le patient

- Voie d’abord veineuse périphérique :

  • NaCl 0,9% 1 litre
  • +/- 1 amp de G30% en cas d’hypoglycémie associée



- Oxygénothérapie nasale voire masque

- ECG

Réchauffement externe actif prudent

- couverture chauffante

Bilan

- NFS, plaquettes, iono sang, urée créatinine, glycémie, TP, TCA, bilan hépatique, ECG, RP, BU, Gaz du sang, lactates

- Selon contexte traumatique ou toxique : hémocultures, ECBU, dosage de toxiques, alcoolémie, PL, imagerie cérébrale, …

Surveillance scopée

- Température , FC, TA, FR, SaO2, conscience, diurèse

Patient Niveau 2 en box

- Mise en condition du patient : déshabillage

- ECG

- Réchauffement externe actif (couverture chauffante) pendant 2 heures puis réchauffement passif

- Bilan simple selon le contexte : Alcoolémie et toxiques, imagerie si nécessaire

- Surveillance : température horaire, TA,FC, FR, SaO2, conscience



Lecture de l’ECG

- redouter la FV
- onde J d’Osborn



- ACFA, allongement PR, QT

Recherche systématique d’une lésion associée :

- Médicaments (benzo, barbituriques, curare, NLP…) alcool, hypoglycémie
traumatisme

- encombrement bronchique (diminution ventilation)

- processus infectieux

Avis réanimateur

- Si signes de gravité (ventilatoire, circulatoire, neurologique)

- Si T < ou = 28°C

- Le MCE doit dans tous les cas être prolongé même en cas d’échec des CEE

4 - USR

- Niveau 1
- Niveau 2 avec suspicion d’intoxication associée ou avec signes de gravité clinique

5 - UO

- Niveau 2 sans signe de gravité clinique avec surveillance horaire de la température

6 - TRAITEMENT

Traitement symptomatique : Réchauffement

- T >32°C : réchauffement externe passif : couverture simple et atmosphère chauffée (+ 1 à 4°C par heure en l’absence de pathologie associée)

- 28< T < 32 °C : réchauffement externe actif : couverture chauffante, matelas à circulation d’air chaud, couverture de survie
AFTER DROP phénomène : aggravation de l’hypothermie et de l’hypotension en ralation avec une vasodilatation liée à la recirculation de sang froid vers le noyau central

- T< 28°C : réchauffement interne (réanimation) : réchauffement de solutés de perfusion (43°C), lavage digestif, lavage de cavité corporelle (plèvre, péritoine), ventilation avec air chaud (43 - 46°C) ou enfin CEC

7 - ORIENTATION

Réanimation médicale

- Niveau 1
- Niveau 2 s’aggravant malgré ttt.

Service de médecine

- Niveau 2 avec comorbidité associée et décompensée, ou processus infectieux associé

Sortie (orientation vers le SAMU social si besoin)

- Niveau 2 avec T > 35°C sans comorbidité associée

8 - BIBLIOGRAPHIE :

- Incagnoli P, Bourgeois B, Teboul A, Laborie JM. Resuscitation from accidental hypothermia of 22 degrees C with circulatory arrest : importance of prehospital management. Ann Fr Anesth Reanim. 2006 ; 25(5):535-8.
- David JS, Peguet O, Gueugniaud PY. Hypothermies accidentelles. Urgences 2006 ; 54 : 639-647.
- Silfvast T, Pettila V. Outcome from severe accidental hypothermia in Southern Finland- a 10-years review. Resuscitation 2003 ; 59 : 285-290.
- Mantz J, Lasocki S, Fierobe L. Hypothermie accidentelle. SFAR, Ed.Conférence d’actualisation. Paris, Elsevier 1997 : 575-586.
- Larach MG. Accidental hypothermia. Lancet 1995 ; 345 : 493-498.

 Vos messages

    Vos commentaires

    modération a priori

    Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

    Qui êtes-vous ?

    Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

    Ajoutez votre commentaire ici

    Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

    Ajouter un document

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

  •  LE DUC , Le 20 novembre à 06:10

    Bonjour.
    Hypothermie modérée accidentelle. Le patient étant bien entendu protégé du froid, par expérience, je crois que le moyen de réchauffement non technique le plus rapide, est de placer une bouillotte enveloppée ou similaire , non pas au niveau de la poitrine, mais entre les cuisses. Cela, dés la prise en charge sur le terrain. C’est le plus efficace. La circulation crurale importante et accessible réchauffe rapidement tout le corps.
    Bien à vous. BLD

     répondre