Quels accès de voies aériennes en cas d’intubation difficile du patient dans le cadre de la réanimation préhospitalière ?

publie le 1999 | redige par SFAR | dernière mise à jour Novembre 2004

Consensus d’actualisation SFAR - Médecine d’urgence 1999 - P. Goldstein, H. Menu, C. Adriansen, R. Garrigue, V. Van Laer, A. Facon - Samu régional de Lille, CHRU de Lille, 2 avenue Oscar-Lambret,

POINTS ESSENTIELS

  • L’intubation endotrachéale est la méthode de référence pour le contrôle des voies aériennes
    et la ventilation assistée en préhospitalier
  • Toute intubation doit se faire après mise en place des moyens de sécurité nécessaires.
  • Quelle que soit la difficulté de l’intubation, il faut préserver au maximum l’oxygénation du
    patient pendant la procédure.
  • En cas de lésion traumatique, les techniques d’intubation difficile doivent préserver le
    rachis cervical.
  • L’évaluation pré-intubation doit être systématique à la recherche de signes prédictifs
    d’intubation difficile.
  • La dotation, pour intubation, de toute équipe Smur doit comporter quatre lames de Mac
    Intosch, des lames droites adulte et enfant, des mandrins souples (adulte et enfant), un
    dispositif d’abord transtrachéal percutané, ainsi que des dispositifs de ventilation de
    sauvetage.
  • Le transport de patients sous dispositif supralaryngé est à proscrire, ce n’est qu’une solution
    d’attente.
  • La formation aux gestes d’intubation difficile ne peut être dis sociée de la formation aux
    techniques d’analgésie et de sédation.
Dernière mise à jour le 14/08/2001

 Vos messages

    Vos commentaires

    modération a priori

    Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

    Qui êtes-vous ?
    Ajoutez votre commentaire ici

    Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

    Ajouter un document

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom